Archivo de la categoría: IDEES BUSINESS

20 idées business pour 2011

idees-business-2011

 

Une nouvelle année a commencé. Douze mois sont plus que suffisants pour lancer un nouveau projet. Pour ceux qui savent qu’ils veulent monter quelque chose, qui veulent des idées différentes et ne savent pas bien que faire, j’ai préparé une liste de 20 idées business qui pourraient fonctionner en 2011.

 

Comme nous l’avons souvent commenté sur ce blog, le plus grand facteur de succès dans un projet d’entreprise n’est pas d’avoir une idée révolutionnaire, et pourtant il semble que de nombreuses personnes qui pensent entreprendre cherchent l’idée original parfaite. Sans entrer dans des discussions de psychologie de café du commerce, il est probable que ce besoin soit motivé par la peur de se lancer et d’affronter la concurrence. Mais cela n’a pas de sens: si l’idée est bonne, d’autres la copieront, l’adapteront et l’amélioreront. Parce que le plus important c’est l’équipe qui mènera à bien le projet. Une équipe qui sache prendre des décisions, bonnes ou mauvaises, perséverer dans les bonnes, corriger les mauvaises, et agir.

 

Pourtant, un projet a besoin de créativité pour fonctionner. Lorsqu’on lance un concept qui existait déjà, il faut le faire avec une nouveauté qui le différencie de la concurrence et surtout soit un avantage additionnel pour les clients. Et l’objectif de présenter une liste d’idées business pour 2011 est précisément de permettre une réflexion. Lire une idée business et réfléchir sur ses implications, souvent, par association d’idées, conduit à penser à de nouveaux projets et formes de travailler.

 

La liste (l’ordre n’a aucune importance, à noter qu’il s’agit d’idées pour le marché espagnol):

 

Page web qui vend un système d’abonnement mensuel pour des produits de durée de vie moyenne et dont on a régulièrement besoin: des crèmes pour le visage aux brosses à dent ou aux sous-vêtements. On paie un forfait mensuel, trimestriel ou annuel, et selon la fréquence choisie, on reçoit un produit de qualité à la maison (avec certaines nouveauté chaque fois).

 

– Aussi à domicile, livraison de produits frais (pain, lait ou autres) de qualité, une seule fois ou dans le cadre d’un sytème d’abonnement et de jours de la semaine prédéfinis.

 

– Une expérience en secrétariat? Vous pouvez vous mettre à travailler à distance à votre compte. De nombreuses entreprises ont supprimé le format classique du secrétariat,  mais les managers ou certains indépendants ont toujours besoin d’un service qui peut se partager entre plusieurs et se gérer depuis chez soi.

 

Site internet de vente de bijoux pour hommes: les hommes donnent de plus en plus d’importance à leur image et achètent des accessoires de mode, profiter de cette tendance peut se réveler payant.

 

– Réservation en ligne de restaurants. C’est un concept assez récent qui a déjà quelques acteurs importants (par exemple www.toptable.com), mais il y a sans doute de la place pour d’autres formats.

 

Consulting environnemental pour particuliers et immeubles. C’est un concept déjà abordé dans ce blog, mais en raison de la hausse imparable du prix de l’électricité en Espagne (pour cause de déficit tarifaire) et des autres énergies, il a beaucoup a offrir. Il s’agit tout simplement de proposer des solutions de réduction de consommation, avec une facturation sur les résultats obtenus.

 

Un système pour ne plus perdre de temps dans les files d’attente des administrations. N’importe quelle personne vivant en Espagne sait que c’est qu’attendre à la DGT, à l’agence pour l’emploi, dans les mairies, les commissariats, la Sécurité Sociale, à l’hôpital, etc. Dans d’autres pays des sytèmes ont déjà vu le jour pour être informé en temps réel via le portable du nombre de personnes devant vous. De cette façon, on peut utiliser le temps d’attente d’une façon beaucoup plus efficace.

 

– Créer un site web qui compare les prix réels des billets d’avion. Dernièrement, sans doute en raison de la crise, la majorité des pages de vente en ligne de billets présentent des prix trompeurs. A la fin de tout le processus, elles ajoutent des frais de gestion (ce qui était déjà habituel), des frais de paiement par carte (idée copiée des low costs) et parfois d’autres concepts. Il manque un moteur de recherche qui montre le prix total depuis le début.

 

Magasin en ligne de bijouterie qui met en vente des créations originales de designers et sert de plateforme entre eux et les consommateurs finaux. C’est un concept qui existe déjà en Espagne (www.vadanic.es) mais qui peut s’adapter à d’autres produits.

 

Magasin en ligne d’animaux de compagnie. A la différence d’autres pages web qui ne vendent que les accessoires, il s’agit de vendre directement les animaux. On pourrait imaginer de mettre des webcams dans les cages (en plus de jolies photos de chaque animal), pour l’acheteur connaisse sa future acquisition. Cest un concept existant (www.almacenanimal.com) mais il y a la place pour plusieurs et une marge d’amélioration.

 

– Dans le même ordre d’idée que le concept à succès de vente de chaussettes en ligne, on peut imaginer un magasin exclusivement de cravates, en concurrence avec www.corbatas.es. Avec un design original et une fabrication nationale.

 

– Restaurant de livraison à domicile de plats sains. Pour ceux qui sont fatigués de manger des pizzas ultracaloriques.

 

Vendre des articles personnalisés: des livres pour enfants ou des vidéos pour des occasions particulières. Le client donne quelques données standard selon l’histoire (noms, professions, lieux), et on lui fabrique un livre sur mesure ou on lui enregistre un vidéo suivant la même méthode. Le produit est déjà préparé en série et la personnalisation se limite à des aspects très concrets (dans le cas de la vidéo: enregistrer une scène simple ou changer un audio).

 

Monter un restaurant japonais. Le même phénomène de mode qui s’est produit en France il y a quelques années est en train de se produire en Espagne. 

 

– Inventer un système pour commander à domicile des plats de plusieurs restaurants à la fois en une seule livraison. Pour en terminer avec les discussions pour choisir le dîner quand un groupe d’amis se retrouve pour voir un match ou un film.

 

– Une idée similaire à la précédente, avec une bonne projection: si les ventes en ligne n’arrêtent pas de croître et que chaque magasin envoie ses produits de son côté, pourquoi ne pas monter une plateforme qui regroupe les commandes de plusieurs magasins? Le prix final pour le consommateurs baisserait de manière significative,

 

– Une autre idée est d’acheter un business existant et apporter de nouvelles idées pour le développer. De nombreux sites de vente de société existent, comme par exemple www.bizalia.com.

 

Un réseau social (un de plus?) pour un collectif bien défini (depuis les malades d’une même pathologie aux professionnels d’un secteur particulier), les possibilités sont grandes. La clé est apporter des outils qui fassent de ce réseau quelque chose de vraiment utile, et qui puisse s’intégrer dans d’autres existants (on ne peut pas avoir 10 comptes ouverts dans 10 pages différentes et les utiliser).

 

Faire les achats de ceux qui ne peuvent pas (en raison de l’âge, de problèmes physiques ou du temps disponible).

 

– Créer une agence de référencement en ligne pour services à domiciles (babysitting, ménage). Nombreuses sont les personnes qui se méfient de qui peut venir s’occuper de son logement. L’idée est de faire payer aux utilisateurs (les prestataires) leur enregistrement sur le site et de leur faire un entretien par vidéoconférence. On leur exigerait certaines données et des garanties. Une fois qu’ils ont travaillé pour un client, celui-ci les note et cette note permet d’avoir d’avantage de confiance sur la qualité de service et la personne.

 

 

Pour plus d’idées business, il suffit de jeter un oeil à toutes celles publiées dans ce blog.

 

Articles qui peuvent vous intéresser:

5 startups européennes à suivre en 2011

Création et hébergement gratuit sans publicité de son propre site Internet

Idée business: vendre des expériences non conventionnelles

 

 

 

RSS Icon

Suscríbete a nuestro RSS o Abónate a nuestro boletín icono email

 

 

Sigue el blog en Facebook

 

 

 

Tags: idees business 2011, entreprise, magasin, en ligne, services, bijouterie, forfait, environnement, domicile, réservations, animaux de compagnie, nourriture saine, personnalisation, réseaux sociaux, achat de société

5 startups européennes à suivre en 2011

5 startups

 

Shutl est une société anglaise qui a décidé de proposer un service de livraison des achats sur Internet en moins de 90 minutes ! Pour le moment les premières expériences semblent fonctionner.

 

Storific est une application française pour IPhone qui permet à ses utilisateurs de passer commande au restaurant depuis leur table. Selon eux, dans les premiers endroits où le système a été mis en place les commandes sont plus importantes que la moyenne.

 

SuperMarmite est une autre entreprise française, qui permet aux cuisiniers amateurs de vendre leurs créations dans leur voisinage.

 

Datasift est une page anglaise qui permet de faire des recherches très concrètes dans les réseaux sociaux, comme par exemple « les personnes vivant à Londres, ayant plus de 500 followers sur Twitter, qui ont exprimé une opinion positive sur Gordon Brown sans avoir prononcé de gros mots durant la dernière journée ». 

 

Pearltrees

est une page française qui organise les liens vers les contenus intéressants, en les mettant en relation avec d’autres thèmes semblables, d’une façon visuelle et simple d’utilisation.

 

 

 

Tags : idées, business, créer entreprise, startups, 2011, internet, réseaux sociaux, page web

 

Idée business : service de réparation rapide de vélos

 llaves

 

L’Espagne connaît avec un peu de retard par rapport à la France le même engouement pour les pistes cyclables dans les villes et le développement d’une offre de vélos en libre service.

 

Il est à présent de plus en plus fréquent de voir des promenades familiales le WE, et une véritable affluence de bicyclettes privées.

 

Je pense qu’il serait possible de créer un service de réparation expresse, à bas prix et urbain (par opposition aux services que peuvent offrir des grandes surfaces spécialisées comme Decathlon, qui sont situées dans la périférie.

 

Tags: idée business, atelier, réparation, vélos, bicyclettes, express

Idée business: vendre des expériences non conventionnelles

C’est la lecture d’un concept paru sur Springwise concernant une entreprise française qui organise l’enlèvement des clients en quête de sentations fortes qui m’a amené à penser que le concept pourrait être élargi à des expériences non conventionnelles. J’avais déjà parlé de mon intérêt pour le modèle de Smartbox dans un autre article, mais dans le domaine de la commercialisation d’expériences, les possibilités sont quasi illimitées.

S’il existe réellement un besoin de déconexion, alors pourquoi ne pas faire vivre tout simplement la vie de personnes très différentes: un faux marriage, vivre un jour comme un SDF ou au contraire comme un milliardaire, être perdu dans la nature dans un pays voisin de langue différente, etc .Même si cela peut friser le mauvais goût, ça pourrait marcher.

Idée business: cimetière virtuel amélioré

Oui, je sais, les cimetières virtuels existent déjà, depuis longtemps (2000), mais l’idée qui m’est venue à l’esprit n’est pas la même chose que ce qui existe aujourd’hui. Je faisais la vaisselle, et je ne sais trop bien pourquoi, j’ai pensé à un site internet qui s’appellerait “elotrobarrio.com” (lautrequartier.com, en espagnol c’est une expression qui se réfère au monde des morts), et de là je suis passé aux cimetières virtuels. Je n’avais aucune idée que cela existait déjà, c’est pour cela qu’avant de faire une recherche sur Google j’ai laissé vaguer mon imagination et j’ai pensé à un endroit où chacun laisserait les choses dont il voudrait que le souvenir passe à la postérité. Et c’est là précisément la grande différence avec ce qui existe actuellement. Les pages que j’ai vues jusqu’à présent traitent des personnes décédées a posteriori, au travers de la vision subjective des autres. Comme tout se produit après le décès, tout est dans les mains des amis et de la famille, et pas de l’individu.

Ce thème est très actuel, renforcé par le succès des réseaux sociaux. Facebook a déjà pris des mesures, en créant de fait un cimetière virtuel (comme on peut le lire en espagnol dans cet article de El País link).

Je propose la chose suivante: un espace de souvenir (c’est plus joli que cimetière) construit par le membre inscrit. Le profil d’utilisateur se composerait de trois éléments:
– les choses pour lesquelles tu souhaites que les autres se souviennent de toi: anecdotes, photos, vidéos, citations d’auteurs, les choses qui te font rêver, etc…
– ce que tu souhaites qu’il se passe à ton décès: donation d’organes ou pas, rituel religieux ou pas, le texte que tu aimerais qui soit lu durant la cérémonie, être enterré ou incinéré, etc…
– si tu souhaites que ton profil reste tel quel ou si tu permets qu’après ta mort quelqu’un puisse le modifier, également si tu acceptes que des hommages puissent être rédigés par les visiteurs, tels que textes, vidéos, photos.

Une fois que le profil est prêt, il faut choisir deux personnes de confiance auxquelles est envoyé un courrier électronique, et qui seront chargées de communiquer tes dernières volontés et de bloquer pour toujours le compte. Pour bloquer le compte, et pour éviter les blagues de mauvais goût, il sera nécessaire d’envoyer un certificat de décès scanné et ce sera vérifié par un employé de la page.

Le service serait gratuit, financé par de la publicité.

D’autres services (payants) seraient disponibles, comme par exemple payer pour que tout autre information personnelle soit effacée d’Internet après le décès, dans un mode de fonctionnement semblable à celui que j’ai décrit dans un autre article sur la gestion de l’image sur Internet (Deux nouvelles idées d’entreprise: gestion d’image sur Internet et Professional Organizer ). En effet, il est assez désagréable pour la famille de voir des bêtises publiées par leur être cher être actives de nombreuses années dans de nombreux endroits sur Internet. Ceci, bien sûr, requérirait l’approbation antérieure du disparu (par exemple une option à choisir dans son profil).

Ce n’est pas l’idée la plus joyeuse du blog, mais malheureusement il y aura toujours un marché, et l’utilisation d’Internet fait que nous ayions beaucoup d’informations personnelles disséminées.

Tags: idée, business, création, entreprise, cimetière, virtuel, dernières, volontés, souvenirs

Nouvelle idée business: cartes prépayées pour combustible

Le prix du pétrole augmente, et le prix de l’essence et du diesel à la pompe également. C’est un problème pour de nombreuses personnes, puisque les déplacements en voiture sont indispensables à la réalisation de nombreuses activités: aller et revenir du travail, faire les courses, amener et rechercher les enfants à l’école, visiter des clients, etc…

La solution ? Vendre des cartes prépayées pour combustibles. Le client achète à un moment donné une quantité de litres de carburants (par exemple 500 litres, soit environ 10 fois la quantité nécessaire au plein) à un montant fixé pour le jour en question, et sans limite de temps pour la consommation. Il utilise ensuite la carte comme moyen de paiement dans les stations service jusqu’à épuisement du solde. On peut également imaginer que les gros montants d’achat soient fractionnés en plusieurs paiements mensuels. Le prix de vente du litre serait évidemment inférieur au prix de vente du jour, mais pas dans une proportion très grande.

Comment ça pourrait marcher ? Il faut d’abord négocier avec un réseau de stations services (ou plusieurs) une remise sur ces consommations par rapport  au prix du jour. Une partie de cette remise est donnée au client (pour rendre le prix un peu attractif), une autre partie couvre les frais de gestion et le coût de la couverture de risque de prix, par un type d’instrument financier similaire à une couverture de change. En effet il n’est pas question d’assumer le risque de volatilité des prix, d’autant que le client aura naturellement tendance à acheter beaucoup de litres lorsque les prix sont bas.

Ce n’est pas simple à mettre en oeuvre, il faut une sacré taille pour que ça fonctionne, mais cela pourrait être une belle machine à faire du cash

Tags: idée, business, créer, entreprise, carte, prépayée, combustible, essence, diesel, station service

Deux idées business: supermarché pour séniors et gestion d’associations

Supermarché pour séniors:

La démographie ne ment pas: dans toute l’Europe et spécialement en Espagne le pourcentage de personnes âgées dans la population va continuer à augmenter durant de nombreuses années. Il y a de grandes opportunités de business basés sur cette catégorie sociologique, comme l’assistance à domicile ou les résidences du troisième âge. Mais parlons de ce concept qui existe déjà en Allemagne: un supermarché pour les séniors. Tout est pensé pour leur confort, depuis les autobus qui peuvent aller les chercher, jusqu’aux couloirs larges, les rayons où les produits sont à une hauteur accessible, l’information et les prix écrits en grands caractères, les produits spécifiques (mobiles à grandes touches, sonotones…)

Je suis convaincu que les concepts de magasin peuvent presque toujours s’adapter online, c’est pourquoi il serait également possible de parier sur une page web de vente qui soit spécialement pensée pour des personnes âgées, avec une grande taille de police, et des processus très simples. Et pour tous ceux qui ne font pas confiance aux cartes de crédit sur Internet, il est possible de trouver des alternatives.

(édité le 05/05/2010 : j’ai retrouvé presque par hasard un article du Journal du Net qui parle de ce concept (link)

Gestion d’associations:

Tous les jours, de nouvelles ONG sont créées, et elles ont toutes à s’occuper de thèmes administratifs qui leurs prennent beaucoup de temps et les éloignent de leur objectif principal: agir pour la cause. Une idée pourrait être de créer une entreprise qui gère des aspects comme les listes de membres, les contributions, etc…

Tags: idée, business, créer, entreprise, supermarché, troisième âge, séniors, personnes âgées, gestion, association, ONG

Idée business: page web pour partager les tailles de vêtements

Une très bonne idée dénichée sur Internet: un site où les inscrits partagent leurs tailles de vêtements. C’est en effet souvent très délicat d’offrir une chemise ou un pantalon lorsqu’on est peu sûr de la taille exacte, et faire un cadeau pour ensuite devoir retourner au magasin pour le changer n’est pas très pratique. La solution est une page web (accessible via téléphone portable pour plus d’efficacité), où vous partagez avec votre famille et vos proches vos mesures, vos goûts, vos souhaits.

Idée business : publicité sur sacs hypermarché en papier recyclable

Si vous êtes en Espagne et que vous êtes allés faire vos courses chez Carrefour ces derniers mois, vous savez déjà que cette entreprise, pour faire un geste pour l’environnement, a décidé de ne plus offrir de sacs en plastique aux caisses. Ils sont à présent payants, je crois que 5 centimes l’unité. Le client a deux options: ou payer, ou venir avec un sac réutilisable (que Carrefour vend pour 3€). Mais souvent le client oublie d’apporter un sac, ou bien n’avait pas prévu de faire les courses, ce qui l’oblige à payer.

Le business que je propose, c’est de mettre en place de la publicité sur un nouveau support (d’ailleurs pas totalement nouveau), des sacs en papier recyclable, et de les distribuer gratuitement dans tous les Carrefour. Cela ne coûterait rien à la chaîne d’hypermarchés et cela continuerait à être écologiquement responsable, tout en solutionnant le problème de nombreux clients. Et bien sûr le marché ne se limite pas à Carrefour, il y a d’autres chaînes qui pour des raisons de prix ou d’environnement font payer les sacs.

Bien sûr, la clef est la viabilité économique de l’idée, c’est à dire savoir si le coût de fabrication et de distribution des sacs publicitaires serait supérieur aux revenus que pourraient apporter les campagnes.

Idée d’entreprise: entrer dans un secteur pour en être le leader

Pendant le salon Miempresa, j’ai eu l’opportunité d’assister aux conférences respectives de l’un des fondateurs de Marco Aldany (coiffure et beauté), et de Kiwoko (magasin pour animaux de compagnie). Dans le premier cas, depuis le début l’entreprise a ouvert ses propres salons, et même si aujourd’hui ils s’appuient en partie sur un réseau de franchisés, ils continuent à ouvrir de nouvelles boutiques. Dans le deuxième cas, l’idée est de racheter des magasins du secteur pour faire une entreprise leader. Mais dans les deux cas, les fondateurs savaient depuis le début qu’ils voulaient avoir le leadership et concentrer un marché très éclaté. Dans le cas de Marco Aldany, si je me souviens bien, ils ont à l’heure actuelle 400 centres et sont la première chaîne de coiffeurs, mais cela ne représente qu’à peine 5% du marché. Dans le cas de Kiwoko, ils sont également leader, avec 20 magasins sur un total de presque 6.000.

L’idée de business dans ce cas, est de trouver un secteur encore très fragmenté, créer un magasin (ou l’acheter), créer un concept, une image et une marque très forte, et développer le tout. Toujours avec l’ambition de croître. Alejandro Fernández Luengo (Marco Aldany) nous racontait qu’au début les fournisseurs comme L’Oréal et Procter & Gamble se moquaient lorsqu’il disait que son objectif était d’atteindre les cent boutiques, alors qu’il n’en avait qu’une. Aujourd’hui il y en a 400, mais seulement parce qu’ils ont pris des risques et parié sur leur business. Ils pourraient s’être contentés d’un salon de coiffure rentable, mais dès qu’il parvinrent à la rentabilité, ils utilisèrent le premier salon comme garantie pour le second, et ainsi de suite, jusqu’à atteindre une taille critique qui leur a donné accès à d’autres formes de financement. Javier Osa (Kiwoko), a également les idées claires, et nous a demandé si nous connaissions des exemples de chaînes de magasins de jouets. Bien sûr, Toys R Us, Imaginarium, etc. Et ensuite ils nous a expliqué que le marché des animaux de compagnie représente le double de chiffre d’affaires que les jouets. Et dans un secteur fragmenté, personne ne connaît une marque.

Comme vous pouvez le voir, il ne s’agit pas d’avoir une idée géniale, seulement des dons de gestionnaire, beaucoup d’envie, et savoir risquer et parier sur le projet. Et si vous aimez les animaux, pourquoi ne pas faire une marque concurrente de Kiwoko ? Avec un marché si fragmenté, il y a de la place !

http://www.kiwoko.com/

http://www.marcoaldany.com/